Groupes thérapeutiques

INFORMATIONS

DATES DU PROCHAIN GROUPE

  • Séance 1 : le 29 Septembre
  • Séance 2 : le 6 Octobre 2016
  • Séance 3 : le 13 Octobre 2016
  • Séance 4 : le 27 Octobre 2016
  • Séance 5 : le 3 Novembre 2016
  • Séance 6 : le 10 Novembre 2016
  • Séance 7 : le 24 Novembre 2016
  • Séance 8 : le 1er Décembre 2016
  • Séance 9 : le 8 Décembre 2016
  • Séance 10 : le 12 Janvier 2017

MODALITÉS D’INSCRIPTION ET TARIFS

Si vous êtes intéressés par le prochain groupe Affirmation de soi, vous pouvez contacter la psychologue Alexandra RIVIERE-LECART dès maintenant par téléphone ou par mail (voir la page « contact »). Toute inscription au groupe Affirmation de soi nécessite au préalable un entretien en séance individuelle afin d’effectuer une vérification de l’indication et valider l’inscription (tarif consultation : 80€). Pour le groupe Affirmation de soi, le tarif d’une séance est de 70€. A l’issue du premier entretien, un règlement de l’ensemble des 10 séances (soit 700€) sera demandé pour la validation à l’inscription dans les modalités qui vous conviennent :

  • un règlement étalé en 4 fois, soit 4 x 175€ (par chèque ou espèces) encaissés aux dates suivantes : le 15/10/16, le 15/11/16, le 15/12/16, le 15/01/17.
  • ou un règlement étalé en 10 fois et encaissés le jour de chaque séance, soit 10 x 70€ (par chèque ou espèces).

Les séances manquées ne sont pas remboursées, mais elles seront rattrapées en début de séance suivante ou lors de la 10e séance dans le cadre d’un récapitulatif globale. Pour plus d’informations sur le remboursement des séances de psychothérapie, voir la page « Remboursement ».

PROGRAMME

FAIRE LE POINT SUR SON STYLE RELATIONNEL
  • Mieux connaitre son style relationnel
  • Repérer les 3 comportements inefficaces: passivité, agressivité, manipulation
  • Identifier les causes et les conséquences pour soi-même et pour les autres de ces comportements
  • Qu’est ce que l’affirmation de soi ? (connaitre les 6 domaines de l’affirmation de soi)
  • Apprendre les techniques du comportement non verbal (les bases d’une communication efficace)
S’AFFIRMER TRANQUILLEMENT DANS UNE RELATION
  • Oser demander
  • Savoir dire non lorsque c’est nécessaire, sans se justifier
  • Savoir faire un compliment et savoir y répondre
  • Savoir formuler une critique constructive
  • Voir la critique comme une information, et non comme une remise en cause
  • Répondre sereinement aux critiques injustifiées
RÉAGIR AUX COMPORTEMENTS AGRESSIFS
  • Répondre à une critique vraie
  • Répondre à une critique vague
  •  Répondre à une critique fausse
  • Gérer les reproches agressifs (refus de la forme)
MUSCLER SA CONFIANCE EN SOI
  • S’appuyer sur ses qualités et ses réussites pour prendre confiance en soi
  • Positiver les difficultés
  • Apprendre à parler de soi
  • Faire taire les petites voix négatives qui découragent
  • Améliorer les échanges et les prises de contact
ELABORER SON PLAN D’ACTIONS
  • Identifier les axes d’amélioration dans l’affirmation de soi
  • Se fixer des objectifs de progrès réalistes

Informations

  • Nombre de séances par groupe : 10 séances
  • Jours et horaires : les jeudis soirs de 18h à 20h30
  • Durée par séance : 2h30
  • Animé par : Alexandra RIVIERE-LECART, psychologue
  • lieu : 50 rue de Ponthieu 75008 Paris (métro : Franklin Roosevelt, ligne 1 ou 9)

Prochaines dates

  • Dates à venir…

Tarifs et modalités d’inscription

Si vous êtes intéressés par le prochain groupe Phobie sociale, vous pouvez contacter la psychologue Alexandra RIVIERE-LECART dès maintenant par téléphone ou par mail (voir la page « contact »). Toute inscription au groupe Phobie sociale nécessite au préalable un entretien en séance individuelle afin d’effectuer une vérification de l’indication et valider l’inscription (tarif consultation : 80€). Pour le groupe Phobie sociale, le tarif d’une séance est de 70€. A l’issue du premier entretien, un règlement de l’ensemble des 10 séances (soit 700€) sera demandé pour la validation à l’inscription dans les modalités qui vous conviennent :

  • un règlement étalé en 4 fois, soit 4 x 175€ (par chèque ou espèces)
  • ou un règlement étalé en 10 fois après chaque séance, soit 10 x 70€ (par chèque ou espèces)

Les séances manquées ne sont pas remboursées, mais elles seront rattrapées en début de séance suivante ou lors de la 10e séance dans le cadre d’un récapitulatif globale. Pour plus d’informations sur le remboursement des séances de psychothérapie, voir la page « Remboursement ».

Programme

Travail en groupe des problématiques et situations sociales anxiogènes
  • Etre le centre de l’attention
  • Parler de soi
  • Travail sur l’anxiété de performance
  • Parler en public
  • Travail sur le regard, être observé par autrui
  • Faire des échanges informels
  • Faire des échanges approfondis
  • Lire devant un public
  • Exprimer son opinion ou son désaccor
  • Travailler les pensées négatives par la restructuration cognitive

 

Description

Les caractéristiques habituelles associées à l’anxiété sociale comprennent une hypersensibilité à la critiqueau jugementà une évaluation ou au rejetune faible estime de soi ou des sentiments d’infériorité. Les sujets craignent souvent une évaluation indirecte par les autres (passer un examen, faire une présentation devant un public…) Ne pas confondre l’anxiété sociale et la timidité, ou le trac. Ce sont des réactions qui arrivent à se combattre par la volonté. La phobie sociale est une souffrance réelle qui demande un traitement psychologique reposant sur un travail à la fois sur les comportements et les cognitions.

 

Objectifs

Mettre en place les outils nécessaires au traitement de la phobie, comprendre les phénomènes anxiogènes et développer les ressources et compétences nécessaires. Reproduire les situations sociales redoutées dans des exercices en groupes’exposer aux situations évitées, les participants pourront ainsi appréhender les situations de la vie quotidienne, apprendre à les gérer puis à les dépasser. Ce travail de groupe est basé principalement sur le principe d’exposition et la restructuration cognitive dans le cadre des TCC (thérapies cognitives et comportementales).

 

Qu’est ce que la phobie sociale ? Anxiété sociale – 300.23 (F40.10)

  • A. Peur ou anxiété intenses d’une ou plusieurs situations sociales durant lesquelles le sujet est exposé à l’éventuelle observation attentive d’autrui. Des exemples de situations incluent des interactions sociales (p. ex. avoir une conversation, rencontrer des personnes non familières), être observé (p. ex. en train de manger ou boire) et des situations de performance (p. ex. faire un discours). N.B. : Ches les enfants, l’anxiété doit apparaitre en présence d’autres enfants et pas uniquement dans les interactions avec les adultes.
  • B. La personne craint d’agir ou de montrer des symptômes d’anxiété d’une façon qui sera jugée négativement (p. ex. humiliante ou embarrassante, conduisant à un rejet par les autres ou à les offenser).
  • C. Les situations sociales provoquent presque toujours une peur ou une anxiété. N.B. : Chez les enfants, la peur ou l’anxiété peuvent s’exprimer dans les situations sociales par des pleurs, des accès de colère, ou des réactions de finement; l’enfant s’accroche, se met en rentrait ou ne dit plus rien.
  • D. Les situations sociales sont évitées ou subies avec une peur ou une anxiété intenses.
  • E. La peur ou l’anxiété sont disproportionnées par rapport à la menace réelle posée par la situation sociale et compte tenu du contexte socioculturel.
  • F. La peur, l’anxiété ou l’évitement sont persistants, durant habituellement 6 mois ou plus.
  • G. La peur, l’anxiété ou l’évitement entraînent une détresse ou une altération cliniquement significative du fonctionnement social, professionnel ou dans d’autres domaines importants.
  • H. La peur, l’anxiété ou l’évitement ne sont pas imputables aux effets physiologiques d’une substance (p. ex. substance donnant lieu à abus, médicament) ni à une autre affection médicale.
  • I. La peur, l’anxiété ou l’évitement ne sont pas mieux expliqués par les symptômes d’un autre trouble mental tel qu’un trouble panique, une obsession d’une dysmorphophobie corporelle, un trouble du spectre de l’autisme.
  • J. Si une autre affection médicale (p. ex. maladie de Parkinson, obésité, défigurement secondaire à une brûlure ou une blessure) est présente, la peur, l’anxiété ou l’évitement sont clairement non liés à cette affection ou excessifs.

Description médicale tirée du DSM-V (2015) :
Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders
– American Psychiatric Association

Ateliers thérapeutiques

Informations

  • Type de groupe : atelier thérapeutique
  • Nombre de personnes : maximum 10 personnes
  • Prochaine date : Mardi 5 Juillet 2016
  • Horaires : de 18h30 à 21h
  • Durée : 2h30
  • Tarif : 70€
  • Pour s’inscrire : envoyer une demande en cliquant ici

Programme

  • Les 6 dimensions d’une bonne estime de soi
  • —Importance de l’estime de soi dans sa vie
  • Les symptômes de souffrance de l’estime de soi
  • Apprendre à se faire des compliments
  • Voir les compliments chez les autres
  • Apprendre à parler de soi en positif
  • Voir ses qualités et savoir les repérer chaque jour
  • Apprendre à se faire plaisir au quotidien

 

Description

L’estime de soi est indissociable de la conscience de soi. Nous sommes dotés de la capacité de réfléchir sur nous, de nous observer en train d’agir. Cette « conscience de soi réflexive » est une chance extraordinaire : elle permet d’avoir du recul sur soi, de s’observer, de s’analyser, donc de changer, de s’adapter, de s’améliorer. Mais elle peut aussi servir à se détester, se mépriser, se critiquer… à se rendre la vie impossible et inconfortable, et parfois stérile, car ces agressions vis-à-vis de soi peuvent paralyser toute forme d’action. L’estime de soi est également liée à notre statut d’animal social. En tant qu’humains, nous sommes condamnés à une existence en groupe, car notre survie ne peut se concevoir qu’au milieu de nos semblables, dans un rapport plus ou moins étroit à eux. Et donc dans le soucis, parfois l’appréhension, de ce qu’ils pensent et ressentent vis-à-vis de nous. Nous sommes naturellement dotés d’un « sens de l’autre » afin de pouvoir, au moins assez grossièrement, décoder ses besoins: pouvoir supposer, imaginer, ce que pense autrui est une chance. Cela nous permet de voir que nous sommes acceptés et de nous adapter si nous ne le sommes pas. C’est aussi une malchance parfois si cette fonction de détection devient fonction d’imagination: on se met à supposer plus qu’à observer, à redouter plus qu’à attendre de voir ce qu’il se passe. On finit par ne plus voir en l’autre qu’un regard intrusif et un jugement sévère. A redouter le rejet au lieu de susciter l’acceptation. A craindre l’échec au lieu de chercher la réussite.

Déroulement

  • Type de groupe : atelier thérapeutique
  • Nombre de personnes : maximum 10 personnes
  • Prochaine date : Jeudi 7 Juillet 2016
  • Horaires : de 18h30 à 21h
  • Durée : 2h30
  • Tarif : 80€
  • Pour s’inscrire : envoyer une demande en cliquant ici

Programme

  • Qu’est-ce que la manipulation ?
  • Le mal être des personnes manipulées
  • Savoir reconnaître les techniques manipulatoires quand elles sont utilisées
  • —Les techniques de contre-manipulation
  • Travailler son langage non verbal
  • Qu’est ce qu’un manipulateur ?
  • Les différents profils
  • Savoir les identifier
  • Faire face à un manipulateur
  • La relation d’emprise
  • Le manipulateur et la communication
  • Exercices

Description

Définition de « manipuler » : amener insidieusement quelqu’un à tel ou tel comportement, le diriger à sa guise. Manipuler mentalement quelqu’un exige de le piéger et de le tromper: pour le contraindre à dire une chose qu’il ne voulait pas dire, pour le contraindre à faire quelque chose qu’il ne voulait pas faire. S’il y a manipulation, il y a victime. La manipulation mentale implique un dominant et un dominé. Elle créer un déséquilibre dans la relation de communication, un sentiment de mal-être, voir de dépendance pour le dominé. Une personne est manipulatrice à partir du moment où, autour d’elle, des gens se trouvent victimes de ses agissements, aussi bien dans le vie privée que professionnelle. Qui sont-ils? Comment s’en protéger? Cet atelier vous propose de répondre à ces questions de façon théorique et de pratiquer les techniques de contre-manipulation.

Déroulement

  • Type de groupe : atelier thérapeutique
  • Nombre de personnes : maximum 10 personnes
  • Prochaine date : Mardi 26 Juillet 2016
  • Horaires : de 18h30 à 21h
  • Durée : 2h30
  • Tarif : 70€
  • Pour s’inscrire : envoyer une demande en cliquant ici

Programme

  • Traiter la procrastination
  • Maîtriser l’inertie du désordre
  • Apprendre à gérer l’urgence
  • Assouplir les exigences du perfectionnisme
  • Gérer le découragement

Déscription

—La procrastination, du latin pro et crastinus signifie « demain », c’ est la tendance à remettre systématiquement au lendemain des actions (qu’elles soient limitées à un domaine précis de la vie quotidienne ou non). Le « retardataire chronique », appelé procrastinateur, n’arrive pas à se « mettre au travail », surtout lorsque cela ne lui procure pas de satisfaction immédiate. —Cette tendance apparaît souvent au cours des études dès que la personne doit gérer elle-même son activité et prendre la responsabilité de sa production. C’est souvent quand il faut rendre ses premiers devoirs réalisés à la maison que la procrastination se révèle. Il n’y a pas de corrélation entre le niveau intellectuel et la fréquence de la procrastination. ——La tendance à la procrastination définit la différence entre les actifs (A) et les non actifs (nA) : —un actif effectue ce qu’il a à faire dès qu’il peut le faire. —Un non-actif n’agit que là où il est porté par l’émotion (il aidera héroïquement quelqu’un, par exemple, mais laissera traîner longtemps la rédaction de ses notes de frais). Suivant le psychologue Walter Mischel qui a mené des expériences dans les années 1960, ce phénomène est principalement dû à un manque d’apprentissage de maîtrise de soi, de ses désirs. Selon lui, et quelques autres universitaires à sa suite, on peut apprendre cela vite et bien, surtout pour les enfants quand les parents sont partie prenante à cet apprentissage.
« C’est parce qu’on imagine simultanément tous les pas qu’on devra faire qu’on se décourage, alors qu’il s’agit de les aligner un à un. » Marcel Jouhandeau

Informations

  • Type de groupe : atelier thérapeutique
  • Nombre de personnes : maximum 10 personnes
  • Prochaine date : Vendredi 28 Juillet 2016
  • Horaires : de 18h30 à 21h
  • Durée : 2h30
  • Tarif : 70€
  • Pour s’inscrire : envoyer une demande en cliquant ici

Programme

  • Préparation à la situation
  • Travailler la respiration
  • Interpréter positivement l’activation physiologique
  • Relativiser
  • Arrêter les ruminations
  • Se centrer sur les tâche
  • —La confrontation
  • Travailler le langage non-verbal
  • Apprendre à gérer l’émotionnel
  • Travailler les pensées rationnelles
  • Rester concentré
  • Après la confrontation
  • En cas de succès, même relatif
  • En cas d’échec ou de contrôle insuffisant
  • Echanger en groupe sur un sujet, donner son avis, exprimer son opinion, donner son accord et son désaccord

Description

Vous avez bien préparé votre discours, votre conférence ou votre présentation technique. Maintenant il faut y aller. L’auditoire vous attend. Seulement la peur commence à vous envahir. Que faire pour la surmonter? Sachez que nous avons tous peur de certaines choses, que ce soit la crainte d’être seul devant un public ou le simple fait de s’imaginer en train de monter sur scène. La peur est une réaction normale à ce genre de situation. Les athlètes sont nerveux avant une compétition importante, les musiciens tremblent avant un concert, les acteurs ont souvent le trac. La peur est un moyen naturel de vous acclimater au danger. Lorsque vous faites face à une situation nouvelle ou différente, ou lorsque beaucoup de gens vous regardent et que vous ne voulez pas paraître ridicule, la nature vous fait cadeau de la peur. L’adrénaline se diffuse rapidement dans votre sang, elle accélère votre rythme cardiaque, votre rythme respiratoire, vos réactions et produit une tension musculaire. Tout cela car votre réaction de peur fait croire à votre cerveau qu’il y a danger. Il est désormais physiquement près à y faire face. Dans cet atelier thérapeutique, vous apprenez à utiliser énergie supplémentaire, à identifiez la peur comme une émotion maîtrisable et à l’utiliser comme telle. Vous apprendrez que la peur n’est pas le vrai obstacle. Nous réagissons mal parce que nous pensons que la peur n’est pas une émotion normale. Ce n’est pas la peur en elle-même qui pose problème, mais nos réactions par rapport à cette peur. En comprenant cela et en faisant un travail de restructuration cognitive (travailler ses pensées négatives), vous apprendrez à contrôler vos réactions face à la peur.

Déroulement

  • Type de groupe : atelier thérapeutique
  • Nombre de personnes : maximum 10 personnes
  • Prochaine date :
  • Horaires : de 18h30 à 21h
  • Durée : 2h30
  • Tarif : 70€
  • Pour s’inscrire : envoyer une demande en cliquant ici

Programme

  • Parler de soi devant d’autres personnes
  • Travail en jeux de rôle
  • Apprendre à éteindre ses pensées négatives par la restructuration cognitive
  • Se fabriquer un discours de deux minutes, un autre de dix minutes… pour pouvoir se présenter rapidement dans les contextes professionnels
  • Echanger en groupe sur un sujet, donner son avis, exprimer son opinion, donner son accord et son désaccord

Description

S’il faut apprendre à parler de soi, c’est d’abord pour la simple raison que cela se produit tous les jours. Nous sommes continuellement confrontés à l’exercice, dans un cadre personnel ou professionnel, et nous nous y prêtons naturellement, mais sans préparation. Parfois, le sujet est sensible – un semi-échec ? – on enchaîne les maladresses et la conversation tourne au vinaigre. « Or il faut savoir parler de soi à tout le monde. En particulier à ses proches, qui souvent n’ont pas idée de ce qu’on fait, mais également à tous les gens qu’on rencontre » selon Yves Maire du Poset (responsable d’un pôle conseil en ressources humaines et en évolution professionnelle). Créer ou renforcer un lien, parler de soi, c’est à la fois œuvrer pour sa réussite et, tout simplement, faire preuve d’humanité. De plus, savoir parler de soi libère : on se sent plus fort pour aller vers les autres. Pourquoi parler de soi peut poser des difficultés? Pourquoi les autres le font facilement et pas moi? Ne devrais-je pas abandonner mes cognitions négatives? C’est ce que nous travaillons dans cet atelier thérapeutique.

Groupes de parole

  • Type de groupe : groupe de parole
  • Nombre de personnes : maximum 10 personnes
  • Prochaine date : vendredi 5 Août 2016
  • Horaires : de 19h à 20h30 (de 20h30 à 21h : témoignages d’anciens dermatillomanes guéris)
  • Durée : 1h30 (+30 min de témoignages)
  • Tarif : 60€
  • Pour s’inscrire : envoyer une demande en cliquant ici

Beaucoup de préjugés sont associés à la dermatillomanie et aux TOC puisqu’on croit a tort que la personne peut décider de cesser ses comportements déviants du jour au lendemain. Mais en réalité la personne perd le contrôle sur ses impulsions. Elle a même le sentiment d’être complètement contrôlée par elles. C’est pour cela qu’après avoir « agi » par impulsion, la personne est envahie par un sentiment d’impuissance, de colère, de honte et de culpabilité. De l’extérieur, on a l’impression qu’elle devrait être en mesure de cesser ses comportements et qu’il s’agit simplement d’un manque de volonté, mais ce n’est pas le cas. La culpabilité et le sentiment d’échec sont d’autant plus grands qu’elle a l’impression d’être impuissante face à ces impulsions.

Parce qu’il est difficile de parler de sa dermatillomanie avec son entourage, ses amis ou son environnement professionnel, et que ce comportement est souvent inavouable voire tabou. Le centre Dermatillomanie France propose des groupes de parole permettant des échanges thérapeutiques entre personnes souffrant de dermatillomanie et encadré par un professionnel qui connait et traite ce trouble.

La dermatillomanie est d’autant plus difficile à évoquer que c’est un comportement auto-infligé créant et laissant des marques sur son propre corps. La honte, la colère, la solitude et la culpabilité sont les principales conséquences psychologiques et émotionnelles induits par ce trouble. C’est pour cela que des groupes de parole ont été créé afin d’écouter les personnes qui souffrent de ce trouble et qui souhaitent échanger avec d’autres personnes ayant les mêmes comportements, qu’elles soient en thérapie ou non.

Déroulement du groupe Dermatillomanie

Le groupe de parole a lieu le samedi de 14h à 16h30. Il est composé de 12 personnes maximum et est encadré par un Psychologue formé aux techniques d’écoute et d’observations, autour du thème de la dermatillomanie. Une pause conviviale de 15 minutes au milieu est prévue à chaque groupe.

Le groupe de parole dermatillomanie créé une « dynamique de groupe » facilitant les échanges et les changements. Il permet de réduire l’isolement social  générateur de grandes souffrances. Il stimule les encouragements, développe la solidarité entre participants (partage de solutions expérimentées, échange des contacts, etc.), et mobilise les ressources nécessaires pour affronter sa souffrance. Il permet à chacun de devenir acteur de son changement, stimulé par la créativité que génère le groupe et par le soutien du professionnel.

Objectifs du groupe Dermatillomanie

  • partager ses expériences
  • sortir de son isolement
  • échanger sur les souffrances ressenties et les émotions associées
  • réfléchir et trouver ensemble les ressources nécessaires et propres à chacun, pour évoluer, faire face et se dégager de ce qui est source de souffrance

Les règles du groupe Dermatillomanie

  • Ecoute
  • Confidentialité
  • Liberté de silence et de parole
  • Non monopolisation de la parole
  • Non-jugement
  • Propos respectueux
  • Bienveillance
  • Discrétion
  • Ponctualité

Les thèmes proposés pour les groupes de parole

  • Les comportements de grattage
  • Les comportements de triturage
  • Les objets spécifiques utilisés
  • La honte, la colère, la culpabilité
  • L’estime de soi
  • L’apaisement, la satisfaction et le soulagement créés par le comportement
  • L’isolement, la solitude
  • L’image de soi
  • Les traitements
  • Les crèmes, les soins dermatologiques et les soins naturels
  • La compréhension/l’incompréhension de l’entourage
  • L’état de semi-conscience/état hypnotique
  • Les évitements dans la vie intime, familiale, scolaire et professionnelle
  • Les causes des grattages/triturages
  • Les ouvrages et reportages sur la dermatillomanie

Les différents groupes Dermatillomanie

  • Groupe pour les personnes souffrant de dermatillomanie
  • Groupe pour l’entourage des personnes dermatillomanes
  • Groupe pour les personnes dermatillomanes avec leur entourage
  • Groupe pour les parents d’enfants ayant des comportements de grattage/triturage
  • Type de groupe : groupe de parole
  • Nombre de personnes : maximum 10 personnes
  • Prochaine date : Vendredi 27 Mai 2016
  • Horaires : de 19h à 20h30
  • Durée : 1h30
  • Tarif : 50€
  • Pour s’inscrire : envoyer une demande en cliquant ici

Le groupe de parole créé une « dynamique de groupe » facilitant les échanges et les changements. Il permet de réduire l’isolement social générateur de grandes souffrances. Il stimule les encouragements, développe la solidarité entre participants victimes de manipulateurs (partage de solutions expérimentées, échange de ressentis, etc.), et mobilise les ressources nécessaires pour affronter sa souffrance. Il permet à chacun de devenir acteur de son changement, stimulé par la créativité que génère le groupe et par le soutien du professionnel.

DÉFINITION DE « MANIPULER »

Amener insidieusement quelqu’un à tel ou tel comportement, le diriger à sa guise. Manipuler mentalement quelqu’un exige de le piéger et de le tromper: pour le contraindre à dire une chose qu’il ne voulait pas dire, pour le contraindre à faire quelque chose qu’il ne voulait pas faire. S’il y a manipulation, il y a victime.

La manipulation mentale implique un dominant et un dominé. Elle créer un déséquilibre dans la relation de communication, un sentiment de mal-être, voir de dépendance pour la victime. Une personne est manipulatrice à partir du moment où, autour d’elle, des gens se trouvent victimes de ses agissements, aussi bien dans le vie privée que professionnelle. Qui sont-ils? Comment s’en protéger? Ce groupe de parole vous propose de répondre à ces questions de façon théorique et de pratiquer les techniques de contre-manipulation.

OBJECTIFS DU GROUPE

  • partager ses expériences
  • sortir de son isolement
  • échanger sur les souffrances ressenties et les émotions associées
  • réfléchir, trouver les ressources nécessaires et propres à chacun, apprendre des techniques de contre-manipulation pour évoluer, faire face et se dégager de la relation d’emprise

LES THÈMES PROPOSES QUI PEUVENT ETRE ABORDES

  • Qu’est-ce que la manipulation ?
  • Le mal être des personnes manipulées
  • Savoir reconnaître les techniques manipulatoires quand elles sont utilisées
  • —Quelques techniques de contre-manipulation
  • Travailler son langage non verbal
  • Qu’est ce qu’un manipulateur ?
  • Les différents profils de manipulateurs
  • Savoir identifier quand on est sous l’emprise de manipulation
  • Faire face à un manipulateur
  • La relation d’emprise
  • Le manipulateur et la communication
LES RÈGLES DU GROUPE
  • Ecoute
  • Confidentialité
  • Liberté de silence et de parole
  • Non monopolisation de la parole
  • Non-jugement
  • Propos respectueux
  • Bienveillance
  • Discrétion
  • Prochaine date : vendredi 27 Mai 2016
  • Date : de 19h à 20h30
  • Durée : 1h30
  • Tarif : 50€
  • Animé par : Alexandra RIVIERE-LECART, psychologue
  • Lieu : 50 rue de Ponthieu 75008 Paris
  • Pour s’inscrire : contacter Alexandra RIVIERE-LECART par mail ou par téléphone au 01.45.00.04.86

DÉFINITION D’AGORAPHOBIE

L’agoraphobie se caractérise par une peur excessive et infondée des lieux inconnus, non familiers. Dans sa forme « fermée », l’agoraphobie amène l’individu à craindre de ne pouvoir s’enfuir en cas de danger, comme dans la claustrophobie (peur du confinement). Les lieux clos tels que cinémas, magasins, transports en commun ou salles de réunion sont alors vécus comme dangereux. Dans sa forme « ouverte », elle conduit à redouter le fait de se retrouver isolé au milieu d’un espace non clos et de ne pas pouvoir être secouru à temps. Les lieux dégagés tels que rues, ponts, places ou grands parcs sont alors considérés comme dangereux. Cette peur des « grands espaces » ne doit pas être confondue avec la peur de la foule (l’ochlophobie).

Envahi par le sentiment qu’il n’est jamais en sécurité loin de chez lui, ou parfois même chez lui, l’agoraphobe éprouve de grandes difficultés dans sa vie quotidienne. La détresse endurée lors d’une situation de la vie courante, ou simplement son appréhension le conduisent à des comportements dits « d’évitement ». L’évitement pourra être direct (ne plus prendre le métro ou la voiture, ne pas rester dans une file d’attente…) ou indirect (adopter des comportements sécurisants, comme se faire accompagner). Ainsi, l’agoraphobe éprouve généralement des difficultés à rester seul, et est fréquemment amené à restreindre ses déplacements. Son impuissance face à son système de pensée alarmiste l’incite à confier une partie de ses responsabilités à ses proches, et à réduire significativement ses activités. La vie familiale, sociale et professionnelle est alors profondément affectée. Dans les cas les plus sévères, l’agoraphobe peut finir par vivre en reclus, sans jamais quitter son domicile.

OBJECTIFS DU GROUPE

  • partager ses expériences
  • sortir de son isolement
  • échanger sur les souffrances ressenties et les émotions associées
  • réfléchir, trouver les ressources nécessaires et propres à chacun, apprendre des techniques de gestion du stress avec un professionnel psychologue pour réduire l’angoisse

LES THÈMES PROPOSES QUI PEUVENT ETRE ABORDES

  • Qu’est-ce que l’agoraphobie ?
  • Le mal être et les angoisses
  • Savoir reconnaître les déclencheurs de l’angoisse
  • —Techniques de gestion du stress
  • Le sentiment d’insécurité
  • La peur des lieux inconnus « non maîtrisés et non maîtrisables »
  • La peur de « mourir enfermé »
  • La peur des espaces ouverts et l’angoisse du vide
  • La peur de la mort
  • La peur des déplacements et de « quitter »
  • Le besoin de l’autre et la théorie de l’attachement

LES RÈGLES DU GROUPE

  • Ecoute
  • Confidentialité
  • Liberté de silence et de parole
  • Non monopolisation de la parole
  • Non-jugement
  • Propos respectueux
  • Bienveillance
  • Discrétion